JOSE LUIS MARTINEZ
black-andalusian-horse

Martinez Boloix

Origines:
Texte du blog : http://boloixorti.blogspot.com/

Les origines de Boloix

Il n'y a pas de meilleure image que de se faire connaître.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui qui écrit ceci est,  José Luis Martínez  deuxième fils de  Manuel Martínez Boloix .

D'après nos archives familiales écrites, je sais que Manuel Martínez Blázquez, d'origine riojanaise, s'est installé à Palma del Río, après que ses ancêtres étaient venus sur ces terres andalouses pendant plusieurs générations, avec des troupeaux de moutons de la Sierra de Cameros, faisant et vivre ce que nous appelons la transhumance. La région de Palma del Río, baignée par les deux fleuves Genil et Guadalquivir, possédait d'abondants pâturages, principalement sur les îles formées par l'inondation des rivières, ce qui a aidé à installer ceux qui jusqu'à présent avaient été transhumants toute leur vie.

François Divis, originaire de Lorraine (France), s'installe en Espagne lors de la colonisation de Carlos III.

Une colonisation qui s'explique parce que les États allemands, l'Empire autrichien et la France, ont fait preuve d'une puissante vitalité croissante et productrice d'une certaine surpopulation, la France seule, a atteint une population de 29 millions d'habitants, autant que la Russie et a surpassé toute autre formation d'État européenne, d'où le secret des victoires militaires napoléoniennes. L'Espagne à l'époque comptait environ 15 millions d'habitants.

L'introduction de nouvelles cultures et les progrès de l'agriculture aide et encourage ces personnes, résidant en Europe centrale, à s'installer en Espagne et plus particulièrement cette famille, Divis, à Fuente Palmera.

François Divis, marié et père d'une fille mineure, comme indiqué dans les archives de la Colonia de Fuente Palmera, est mort jeune et violemment.

Sa veuve épousa M. Carrasco, dont il eut plusieurs enfants.

Les enfants de Manuel Martínez et François Divis susmentionnés se marient et de ce mariage naît Manuel Martínez Divis, qui a reçu de sa mère le complot qui correspondait à son grand-père dans la distribution de la Colonia de Fuente Palmera et de son père des fermes qu'il avait acquises à Palma del Río et Hornachuelos, ainsi que différents troupeaux de bovins, principalement des moutons, des vaches et des juments.

Manuel Martínez Divis, épouse Antonia Nogueras et ils ont trois enfants Manuel, Antonia et Juan José.

Manuel Martínez Lora , est le fils aîné et unique de  Manuel Martínez Nogueras  et il hérite du Cortijo El Bramadero qu'il avait acheté quelques années auparavant. Cette ferme l'accueille lorsqu'elle atteint la majorité, comme son père est décédé très jeune et c'est ici que débute la carrière de l'élevage de chevaux et opte pour le cheval de race espagnole.

Il est composé de quelques bonnes juments locales et d'autres de Jerez.

Et c'est au début du 20ème siècle, que les données des juments espagnoles enregistrées sont connues, au nom de Manuel Martínez Lora , qui ne marque pas avec le fer de son grand-père, qui était un Z, puisque son oncle, le frère de son père.

Commencez la marque actuelle, double M avec L et le code du bétail 1900005972

La lignée des chevaux de race espagnole, maintenant connue sous le nom de BOLOIX, est celle que Manuel Martínez Boloix , le fils aîné de  Manuel Martínez Lora , a donné son deuxième nom de famille.

Le nom de famille Boloix vient de son grand-père  Jaime Boloix Moyano , de profession A. de travaux publics, qui a été envoyé à Palma del Río pour construire le pont sur le fleuve Guadalquivir, une œuvre avec un projet Eiffel. Pendant la construction du pont, il a épousé Brígida Martínez Reyes, puis ils sont allés aux Philippines pour continuer à construire des ponts commandés par le gouvernement espagnol, pour cette raison, notre grand-mère Brígida Boloix Martínez est née aux Philippines, et ayant des mois, ils ont dû venir en Espagne en fuyant la guerre de 1898 avec les Américains, lorsque l'Espagne a perdu Cuba et les Philippines.

Manuel Martínez Boloix , en tant que vétérinaire à domicile depuis 1943, a été celui qui a fait la sélection des juments et autres bovins, c'est plus tard en 1964 qu'il a acheté la moitié du haras à son père.

Pour cette raison, jusqu'en 1965, il n'y avait pas de bétail enregistré à son nom, et avec son code de bétail 190 000 0461 et ils ont continué ainsi jusqu'à sa mort en 1997.

Son dévouement aux chevaux a été pendant plus de 55 ans, agissant en plus comme éleveur, en tant que juge morphologique. La fonctionnalité chez les chevaux a toujours prévalu, car en tant que cavalier, il savait apprécier la nécessité de porter un bon animal entre ses jambes.

Actuellement, ses fils, José Luis, Vicente et Brígida élèvent ce bétail.

José Luis Martínez  élève depuis 1982 avec différents codes d'éleveurs.

 

Origine des chevaux Boloix

Manuel Martínez Lora , vers 1910, dans le Cortijo «El Bramadero», dans la municipalité de Hornachuelos, près des rives du Guadalquivir et traversé par l'Arroyo de Las Culebras, entre les villes de Fuente Palmera et Palma del Río, le élevage de chevaux et de mulets. Ses premières juments ont été acquises dans ces lieux, et elles ont été choisies une par une par lui.

Outre ce qui est vraiment historique sur le cheval espagnol, il existe d'innombrables histoires et romans de toutes sortes. Nous dirons que les histoires sur la façon dont les Maures au XVIe siècle, alors que les Rois catholiques vivaient encore, élevaient de magnifiques chevaux dans ces terres cordouanes, qui ont ensuite été apprivoisées à Cordoue et vendues dans toutes les régions du monde, sont relativement proches. Pour ce que la région était considérée comme très bonne pour l'élevage de chevaux. Plus tard, ce fut aussi un domaine choisi par Felipe II, pour initier l'initiation de la race de cheval PURA RAZA ESPAÑOL (PRE)

Manuel Martínez Lora .

Il a commencé l'élevage PRE en 1910 et l'a commencé avec les étalons:

Opulento, Bailador 1917, Almirante VI, Morito, Estepeño, Deleite, Halcón.

Parmi les femelles, nous dirons que de nombreux noms coïncident avec ceux de Yeguada Militar, Naranjita, Morita, Doradita, donc cela nous fait penser à cette origine. Nous savons également que plus tard, un important lot de juments a été acheté à Jerez.

A partir de 1955, il n'a acheté aucune femelle pour son troupeau et son fils et ses petits-enfants ne l'ont pas fait à ce jour, ils se sont toujours élevés avec les juments descendant de ces premières, donc la lignée est de gènes et de caractères très bien définis.

Manuel Martínez Boloix . 

Officiellement, il l'a commencé en 1964, l'accouplement s'est fait avec Tangible, un cheval du Dépôt d'étalons de Cordoue de la Yeguada Militar, fils de Maluso, alezan, la moitié de ses poulains est sorti alezan.

L'année suivante, il est passé au Bizarro IV de Terry et a continué avec Irlandés III, Babieca II, Ganadero III,Triunfo, Hacendoso VII, Brincador II, Calderón, Amoroso VII, Amoroso V, Churumbel, Ibérico III, Vasallo II, HampónJabugoJabalí IIJaén, Jazmín, K-Ecijano, Laborioso, Eclipse III, Kazán IIIKai-KirsePoleo,Valiente II, et bien d'autres.

José Luis Martínez. Il a commencé à Fuengirola en 1982, et ses étalons ont été:

HampónHuy, Jazmín, Diluvio, Triunfo, Arrebato II, Calé IIPoleo, Fogón, Duende, Espolón, Jabonero, Nipón IV et ses juments sont celles qu'il a reçues de son père.

Notre élevage à pour mission principale la préservation et la promotion des chevaux de lignées Martinez Boloix. 

JOSE LUIS MARTINEZ.png